24.12.14

Mes annulaires sont devenus des majeurs

Avant j'avais un nombril. Un nombril commun, creux ; un nombril quoi. Maintenant j'en ai plus. J'avais vaguement entendu parler de la disparition du nombril, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il se retourne complètement comme ça. Je me retrouve avec une espèce de pois-chiche hypersensible au bout de la bedaine. Déjà que j'ai du mal à juger de ma nouvelle corpulence, que j'ai tendance à me cogner le bide un peu partout (rétroviseurs sur les parkings, chaises, poignées de portes, angles de meubles en tous genres...), quand ça tape dans cet appendice qui jusque-là n'avait pas senti de contact avec l'extérieur depuis des années, c'est à dégobiller. On peut toujours se dire que la grossesse va bien arriver à son terme un jour ou l'autre et que je vais récupérer des formes correctes, mais mon nombril va-t-il vraiment redevenir creux ? Va-t-il retrouver un semblant d'allure ou rester une espèce de moignon ballotant ? J'ai bien conscience qu'il ne redeviendra jamais comme avant, mais j'espère que ce ne sera pas trop horrible. Le pire c'est que jusqu'ici, j'en avais jamais rien eu à faire de ce truc !

Avant je faisais 40kg. Maintenant j'avoisine les 50kg. C'est normal, voire peu, comme prise de poids, mais j'avais jamais vu de pareils chiffres sur la balance. Si jamais je n'ai fait de régime ou quoique ce soit de la sorte pour garder ce format peu épais, je me suis souvent dit qu'un peu de gras ne me ferait pas de mal. Pourtant rien à faire, j'étais pas faite pour grossir. Jusqu'à mes trois mois de grossesse je n'ai pas pris un gramme et me suis demandé si j'avais pas VRAIMENT un problème. Et puis le ventre a poussé d'un seul coup, les cuissots aussi, le double-menton n'en parlons pas... oui, on peut faire 40kg et avoir des prémices de double-menton, et là vu la trogne de cochon que je me paie, doit bien y avoir un kilo dans mes bajoues, c'est pas canon. Finalement j'étais pas jolie-jolie avant, mais c'était moins pire que maintenant ; si je retrouve mes 40kg un jour, je ne me plaindrais plus de ne pas être plus enrobée. Que nenni.

Avant j'avais des poignets, doigts et chevilles vraiment fins. Si mes poignets n'ont pas changé, mes chevilles se gonflent de flotte dès 14h et jusqu'au soir mes jambes sont des poteaux. Et mes doigts, pareil. Ma bague de fiançailles a trouvé sa place sur une chaîne et je la porte au cou (façon Frodon) ; je me suis dit que pour le réveillon de Noël j'allais la remettre, juste le temps de la soirée, quitte à galérer pour l'enlever. Bah compte là-dessus ma fille ! Impossible de lui faire passer l'articulation de l'annulaire. Ô désespoir. Dire qu'on a payé sa mise à ma taille pour ne pas que je la perde ; la voilà impossible à enfiler. J'espère que ça va dégonfler. En attendant la seule bague que je peux porter (et ma seule autre bague d'ailleurs) est la topaze bleue qui m'allait normalement au majeur et qui a donc changé de doigt. Ça peut paraître insignifiant, mais c'est traumatisant comme histoire.

A côté de ça, après un tour chez le cardiologue de l'hôpital pour enfants de Tours, et une échographie des cœurs des jumeaux, on peut respirer librement : ni l'un ni l'autre n'a de malformation cardiaque. La CIV (circulation inter-ventriculaire) que l'échographiste avait cru repérer était un artefact dû à la machine. Notre plus petit garçon est donc tranquille à ce niveau-là. Ne reste plus qu'à surveiller la bonne circulation du sang dans son placenta (déjà bien moindre que dans celui de son frangin) ; ils déclencheront l'accouchement ou prévoiront la césarienne plus tôt en cas de mauvaise irrigation sur la fin de la grossesse (soit à partir de l'échographie du six janvier).


Voyez, un nombril retourné comme une chaussette, c'est dégueulasse. A celles qui ne veulent pas d'enfants : je ne vous le souhaite pas au niveau des déformations physiques de la grossesse, mais alors vraiment pas. A celles qui en veulent : immortalisez votre nombril pendant qu'il en est encore temps. Et apprêtez-vous à ressembler de plus en plus à un zombie boursoufflé au fur et à mesure qu'avance ce soit-disant "temps béni".

8 commentaires:

  1. Ahah j'adore ta façon de parler de la grossesse. La plupart des meufs que j'ai lu en parle comme d'un truc fabuleux qui les rends belles et tout le tralala...mais bon, faut pas oublier que la grossesse c'est un sacré bordel en dedans et en dehors ton corps, je doute que ce soit une partie de plaisir surtout les derniers mois.
    En tout cas c'est chouette que les jumeaux se portent bien, bonne continuation ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a des femmes qui s'épanouissent complètement pendant la grossesse, tant physiquement que moralement ; apparemment j'ai pas eu le droit de devenir belle pour le coup. Entre la boursoufflure générale, l'acné virulent et les marques de fatigue, non décidément, je ne suis pas sortable ^^
      Normalement il y a vraiment un moment de la grossesse où c'est la pseudo-extase, au deuxième trimestre, après les malaises du premier et avant les douleurs du dernier. Mais apparemment avec des jumeaux on n'a pas le droit à un deuxième trimestre, on passe directement du premier au troisième et par conséquent ça dure loooongtemps les douleurs lombaires, ventrales, de hanches, la fatigue...
      Mais à côté de ça, quand ils dansent là-dedans, que ça me percute les entrailles, me soulève les côtes et me racle sous la peau du ventre, c'est magique ♥ Ça doit être le seul truc vraiment cool de la grossesse (de la mienne en tout cas) ; ça n'a vraiment pas de prix d'avoir des aliens dans le bide !

      Supprimer
  2. Les "joies" de la grossesse à priori, je crois que c'est la première fois que je lis que ce n'est pas aussi bien que cela. On raconte toujours la grossesse comme un moment merveilleux où l'on deviendra belle et épanouie, ça à l'air génial. Je te souhaite de retrouver ton nombril d'avant. Courage Tristelune <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce que j'avais lu aussi avant de tomber enceinte : moment idyllique, plénitude, tout ça tout ça. Si cette période finira sûrement par me manquer parce que mine de rien on s'habitue à avoir des hôtes dans le ventre, et que c'est quand même une période assez étrange, au stade où j'en suis je n'ai qu'une envie c'est qu'ils poussent le plus vite possible et qu'ils sortent de là ^^

      Supprimer
  3. Moi je te trouve resplendissante !
    Et dis donc, ça avance vite tout ça, déjà 6 mois ! *_*

    Et tu sais c'est normal de "gonfler" mais t'inquiète pas, les oedèmes partiront après l'accouchement :)
    Belle fin d'année ma belle et profite de tous ces moments avec les êtres chers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as raison, je ne suis plus boursoufflée du tout, juste un petit bidon chelou ^^

      Supprimer
  4. Réponses
    1. J'ai l'impression au contraire d'avoir l'air incroyablement blasée de la vie ^^

      Supprimer