5.2.15

Allaiter son enfant prématuré


Je ne sais pas si cet article intéressera beaucoup d'entre vous, mais malgré tout ce qu'on peut lire comme bouquins sur la maternité et l'allaitement quand on est enceinte, pas une seule fois on n'entend parler de comment se déroule l'allaitement d'un bébé prématuré (encore moins de deux). Et parfois un simple article comme celui-ci peut donner des informations sur le coup inutiles mais qu'on sera content de se rappeler plus tard. Alors je l'écris, en espérant que ça puisse éclairer de futures mamans de prématurés.

Le premier truc à savoir c'est que si on a prévu d'allaiter ce n'est pas la prématurité qui doit nous faire renoncer : au contraire. 
Évidemment, l'allaitement n'a plus rien à voir avec ce qu'on a toujours imaginé lorsqu'il s'agit de nourrir des bébés hospitalisés avec lesquels on ne peut pas être plus de quelques heures par jour et qui sont souvent bien trop fragiles pour être manipulés. Pourtant il est plus utile que jamais.
 
Je me suis retrouvée bête quand on m'a demandé, alors que je regardais Sire Crapaud à travers le plastique de sa couveuse, si je souhaitais allaiter. Bien sûr. C'est quelque chose que j'ai toujours voulu mais dont je ne pensais pas être capable : euh, moi ? produire du lait ? en quantité suffisante pour nourrir un enfant ? deux ? Je l'espérais sans y croire. Mais on m'a expliqué que l'hôpital me prêterait un tire-lait électrique le temps de mon hospitalisation et que le lait que je tirerais serait donné à mes fils par sonde gastrique.
Alors j'ai commencé à tirer mon lait. Saloperie, ça fait un mal de chien avec ces appareils du démon : ampoules aux aréoles, chair à vif et crevasses aux tétons. Ô quelle plaie que ce tire-lait ! Sauf qu'à côté de ça, dès le début j'avais une production de lait terrible. Terrible dans le sens géniale. On me félicitait de partout à l'hôpital : "vous avez beaucoup de lait !", "on pourrait en nourrir quatre comme les vôtres !", "après seulement deux jours, voilà des quantités honorables !" Je dois vous avouer que ma production a cessé de croître ces derniers temps, mais je tire dans les 600ml à 800ml par jour ; mine de rien, ça fait bien plus d'un demi-litre ! Ce ne sera pourtant bientôt plus assez pour être sûre de nourrir convenablement les jumeaux par la suite, il faut que je change mon régime alimentaire, que je tire encore plus souvent mon lait, que de choses agréables...
 
Sire Crapaud est nourri à mon lait depuis son troisième jour de vie (jour où j'ai commencé à fréquenter le maléfique tire-lait). Pour être sûrs de lui octroyer un maximum d'apports nutritifs, les médecins prescrivent différentes doses d'enrichissements à mélanger au lait maternel (évidemment ce sont les infirmières et puéricultrices qui s'occupent de l'enrichir). Le matin de son quatrième jour, on a commencé à proposer le sein au Crapaud, pour voir si ça l'intéressait de téter, s'il en était déjà capable... la question ne s'est pas posée longtemps : c'est un morfale-gobe-téton. Depuis on le met au sein tous les jours et chaque fois il y boit plus. On en est au stade où on le pèse avant et après chaque tétée pour savoir combien il a pris, et on complète sa ration par sonde en fonction ; censé boire 55ml toutes les trois heures et demi, quand il boit 30ml au sein, on lui met 25ml en partance directe pour son estomac. Hier par exemple, il a bu 50ml au sein alors on n'a pas complété, c'était juste presque parfait !
Le cas de Prince Triton est différent. Comme Sire Crapaud, ses premiers jours il a bu du lait artificiel puis a été mis au lait maternel, mais pas le mien. Comme le Triton est une petite chose fragile, son système digestif n'est toujours pas tout à fait au point ; au début il a d'abord fallu lui poser un cathéter général (imaginez une perfusion qui part du bras et à travers je ne sais quelle veine va presque jusqu'au cœur), pour apporter directement les nutriments à son organisme, tout en lui proposant du lait pour former son système digestif et compléter la nutrition. Mais pour les prématurés les plus fragiles il faut du lait de mère pasteurisé ; et le mien ne pouvait pas être pasteurisé comme ça. Le processus de mise en place est long ; tests sanguins, formulaires à remplir, gens à rencontrer, analyses du lait... Finalement, c'est à partir de demain que Prince Triton recevra par sonde gastrique mon propre lait, pasteurisé et enrichi. A côté de ça, voilà deux jours qu'on essaie de le mettre au sein ; l'affreux gros téton qu'on lui propose n'a pas beaucoup de succès, sa bouche est minuscule, il est nourri en continu par la sonde (sensation de satiété continue aussi, du coup), et il régurgite de plus en plus (ça couperait l'appétit à n'importe qui d'avoir constamment les dents du fond qui baignent dans du lait caillé...) Mais c'est tout doucement qu'il comprendra comment ça marche, à quoi ça sert...

A chaque situation son allaitement. J'ai l'occasion de voir, de comprendre, d'expérimenter beaucoup de choses avec ces jumeaux et leur incroyable différence de développement.
Et grâce à eux j'en apprends aussi plus sur le Lactarium, qui conserve mon lait, le pasteurise, le distribue à mes enfants et à d'autres prématurés (en don anonyme), et dont les conseillères en lactation et diététiciennes, peuvent être d'une précieuse aide lorsqu'on est complètement perdues.
J'ai la chance de bien tolérer la douleur engendrée par les montées de lait (quand le petit 80A devenu 90C menace d'éclater, que la poitrine est dure comme du bois, brûlante et qu'elle fuit) et de supporter la contrainte du tire-lait toutes les trois heures de jour comme de nuit. Mais je comprends qu'on ait tôt fait de renoncer ou qu'on ait besoin de soutien. 
Jamais je n'ai demandé d'aide aux dames du Lactarium, ce sont elles qui me téléphonent de temps en temps, me proposent tout un tas de techniques, de matériel, d'astuces ; techniques qui ne fonctionnent pas avec moi, matériel qui ne s'adapte pas à ma morphologie, astuces que je n'ai pas encore essayées... Tout ça pour dire qu'une maman de prématurés qui veut quand même les allaiter est très très bien entourée.

Et il y a un truc à ne pas oublier, c'est que lorsqu'on est chez soi, que les mômes sont à l'hôpital, qu'on sait qu'on ne peut absolument rien faire pour eux, le fait de pouvoir tirer son lait pour leur amener le lendemain de quoi manger jour après jour est véritablement salvateur. Si je n'allaitais pas je n'aurais peut-être pas mal aux seins, mais j'aurais réellement eu l'impression de ne servir à rien.

(quand le zigoto s'endort au sein, lui gratter les pieds pour relancer la tétée)
______________________________

Sinon, je voulais vous parler des dernières victoires des garçons :

Prince Triton s'est débarrassé du virus respiratoire qui le maintenait en isolement (on peut de nouveau le prendre dans les bras) ; il a montré qu'il n'avait plus besoin du cathéter pour avoir un taux de glycémie correct (entre autres nombreuses choses j'imagine) (on lui a donc retiré la perfusion) ; il est passé en moins d'une semaine d'une aide respiratoire imposante avec masque à une aide plus légère, puis à aucune aide du tout, il respire de nouveau tout seul comme un chef.

Sire Crapaud est passé de la couveuse au lit, il régule sa température corporelle comme il faut et n'a plus besoin d'incubateur ; il tète de mieux en mieux et de plus en plus longtemps.

Ils ont encore des preuves à faire, mais mes gamins sont des vainqueurs !

17 commentaires:

  1. Merci déjà de partager ton expérience en allaitement avec tes petits vainqueurs :) Surtout si il y a très peu de documentation sur l’allaitement des prématurés. C'est bien à savoir, c'est-on jamais.
    Je suis contente de voir que ça commence à aller mieux, de vrais petits battants tes fils. C'est merveilleux, j'espère que ça te redonne un peu plus de bonne humeur même si ce n'est pas facile de ne pas les avoir encore avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que les journées sont faites d'impatience tant que je ne les vois pas, mais que je profite d'eux au maximum quand je suis à l'hôpital ; et comme il y a eu beaucoup d'avancées positives ces derniers temps, ça aide à mieux prendre les choses.

      Supprimer
  2. Je suis contente de lire que les choses suivent un cours positif !
    Je n'ai pas commenté jusqu'ici mais j'ai suivis assidument le déroulement de ces deux naissances particulières et je vous souhaite à tous les 4 beaucoup de bonheur (être d'être réunis au plus vite) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !
      On espère que tout va continuer comme ça.

      Supprimer
  3. Je trouve ça bien que tu notes toutes ces petites victoires des princes de Vauliard, comme ça tu gardes le moral et il n'y a pas à douter qu'ils progressent vers un avenir radieux ;) Au passage, tu te donnes à fond, tu es passionnée, et ça c'est à tes amis que ça fait plaisir ♥
    J'espère que m'sieur Tristelune va bien en ce moment, du coup tu donnes plus de nouvelles de lui ^^ Il doit être très fier de ses ptits bouts aussi j'imagine :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qwenn va très bien ; si cet aspect de la paternité n'est pas non plus ce à quoi il s'attendait, il reste positif et c'est lui qui m'aide à garder le moral. A côté de ça, il a trouvé un nouveau boulot à cause duquel il ne peut voir les mômes que quelques heures par jour, c'est hyper frustrant ; surtout que maintenant je peux aller les voir dès le matin et y rester près de 12h alors que lui seulement 2... Mais ouais, il est fier de ces gamins :)

      Supprimer
  4. Je suis contente de toutes ces nouvelles positives !
    Si tu doutais encore que tes bébés étaient des vainqueurs, en voilà la preuve ! Et il n'y a pas qu'eux...
    J'essaie de me mettre à ta place et meme si en ce moment j'ai des envies très grandes, je t'avoue que malgré tout ton positivisme, ton article m'a un peu démoralisée... C'était peut etre pas le bon soir... ^^ Enfin bon, j'ai eu plein de questions en tete mais pas le courage de les poser ce soir.

    Je t'embrasse et garde le cap, tu rayonnes et j'aime tellement ça ! ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux me poser toutes les questions que tu veux quand tu veux, si je peux aider à quoique ce soit, je suis là.

      Supprimer
  5. J'étais déjà passé te relire depuis, même si je n'avais pas commenté, donc je ne suis pas complètement perdue :).

    En tout cas félicitations pour tes deux enfants, c'est magnifique !
    Je te souhaite que tout continue sur cette voie pour leurs soins.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Ça continue de bien avancer pour le Triton, et le Crapaud vient de rentrer à la maison !

      Supprimer
  6. Je suis contente de voir que les choses s'améliorent :)
    Bisous à toute la petite famille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est sûr, y a de l'amélioration :)

      Supprimer
  7. Un mois sans nouvelles, c'est long mine de rien... :p

    J'espère que tout va bien !
    Des bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là oui, déjà un mois ! Si tu savais à quel point je n'ai pas le temps de venir écrire ici, alors que j'en ai pourtant l'envie ! Ce soir ou ce week-end je vais peut-être me garder une demie-heure pour faire ça, mais je ne peux rien garantir... Sinon oui, t'en fais pas, tout va bien ^^

      Supprimer
  8. C'est le principal alors ;)
    Prend ton temps, tu as d'autres priorités ♥

    RépondreSupprimer
  9. Coucou :) Je passais aussi aux nouvelles comme le dernier post me semblait dater un peu, mais sans trop m'inquiéter sachant que tu dois être bien occupée, les petits commentaires rassurent ça va, je te (vous) souhaite une bonne semaine ! A bientôt, myel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Oui, finalement tu fais bien de lire les commentaires, je peux prendre le temps d'y répondre, mais pas encore d'écrire un article ! Quelle vie d'enfer ^^

      Supprimer